Publié dans "Allez savoir"

Après avoir conquis le monde des jeux vidéo, du divertissement et du cinéma, la réalité virtuelle accompagne peu à peu les entreprises dans leur politique RH. Et pour cause : elle faciliterait à la fois le recrutement, la formation ou encore l’onboarding des salariés et réinventerait l’expérience candidat. Petit tour d’horizon.

D’ici à 2020, le monde de la réalité virtuelle et augmentée devrait peser plus de 143 milliards de dollars. Un chiffre qui illustre l’ampleur de ces nouveautés, touchant tous les secteurs. Les entreprises, aussi, entendent prendre le virage en utilisant tous les atouts de ces techniques high-tech pour séduire de nouveaux talents d’une part et réduire leurs coûts en accélérant les process d’autre part. Selon l’expert générationnel américain Dan Schawbel cité par Forbes, un quart des générations Z et Millennials plébisciterait le recours à la réalité virtuelle et augmentée sur leur lieu de travail.

Dans cette optique, le temps de l’expérimentation s’achève pour laisser place à des stratégies globales sur les sujets liés à la réalité virtuelle, d’après Deloitte. Conscients des opportunités à saisir, les dirigeants espèrent une adoption de masse. « La réalité virtuelle démultipliera les chances des structures qui ont une vraie volonté en termes d’expérience salarié, comme elles l’ont déjà pour leurs clients, précise Caroline Vincelet, Consultante Marque employeur et Communication RH digitale chez Trois virgule cinq. L’outil reste un outil, il ne peut pas seul révolutionner les pratiques. La réalité virtuelle sera un support supplémentaire au service des RH ».

Facilitateur de recrutement

Selon l’étude Linkedin Recruiter Sentiment, 36% des recruteurs français déclarent utiliser la réalité virtuelle pour tester les compétences comportementales de leurs candidats. Un moyen de limiter au maximum les erreurs de recrutement.

Côté candidat, elle sert de coach. Pôle emploi propose par exemple depuis début 2018 un simulateur d’entretien d’embauche en réalité virtuelle. Le simulateur permet de s’entraîner dans les conditions du réel. Avec des casques de réalité virtuelle, l’institution plonge aussi les candidats dans les environnements métier, afin d’inciter les demandeurs d’emploi à postuler dans des métiers qu’ils ne connaissent pas forcément, mais qui peuvent leur correspondre.

Dans les entreprises, les parcours de réalité virtuelle offrent aux candidats la possibilité de s’impliquer dans des scénarios et des défis de travail réels et de leur proposer des solutions adaptées pour résoudre au mieux les problèmes.
Autre utilisation possible : lors de salons professionnels, les entreprises peuvent dévoiler leurs pratiques et valeurs dans un jeu en réalité virtuelle à disposition des personnes intéressées. L’occasion pour les recruteurs de faire passer des messages forts aux potentiels futurs recrutés et de déclencher des échanges.

Intégration plus directe

La réalité virtuelle simplifie aussi l’intégration et l’onboarding de nouveaux employés. Le cabinet d’audit Mazars propose ainsi aux nouvelles recrues un parcours en réalité virtuelle. Elles découvrent ainsi l’entreprise en amont de leur arrivée et suivent les différentes étapes (badge, bureaux RH, cafétéria…) de leur premier jour en entreprise. Le nouveau salarié détient ainsi toutes les clés nécessaires pour son premier jour sur son nouveau lieu de travail.

Faire visiter les lieux partout dans le monde, partager la vision du travail au sein de l’entreprise, présenter les salariés aux futurs collaborateurs sont autant d’atouts pour donner envie aux recrues d’entrer dans l’entreprise. L’éditeur de jeux vidéo, Ubisoft, a ainsi mis en place un système permettant aux candidats de visiter, en totale immersion, leurs locaux à Montreuil et de découvrir les métiers de l’entreprise, en compagnie des figures stars des jeux vidéo (Lapins crétins…).

Formation concrète et sans risque

Côté formation, la réalité virtuelle a pour principal atout de permettre de s’entraîner dans de conditions réelles sans prise de risque. Ainsi, EDF, RTE et Enedis l’utilisent pour former leurs équipes aux interventions de maintenance. Les agents répètent les gestes techniques en toute sécurité avant d’aller sur le terrain ou sur les centrales nucléaires. Cette technologie se veut aussi pertinente pour des coachings ou des formations plus spécialisées, par exemple sur la gestion du stress ou sur des modules courts.

Les étudiants en médecine ou les employés des chantiers de construction utilisent aussi ces techniques afin d’anticiper en amont les éventuels problèmes. Chez Randstad, une expérimentation de réalité virtuelle permet de sensibiliser des intérimaires à la sécurité sur leurs futurs postes de travail.

L’utilisation de la réalité virtuelle allège ainsi le travail des RH, en offrant des horaires de formation flexibles. Les employés peuvent suivre les sessions de formation quand ils sont disponibles et d’où ils se trouvent.

Une collaboration plus forte entre salariés

Plus encore, la réalité virtuelle stimulerait la créativité. En plaçant l’utilisateur dans un autre univers, par exemple à New York ou sur les bords du Mississippi, l’entreprise lui propose une expérience nouvelle et en rupture avec son quotidien. De quoi provoquer en lui davantage de créativité. Ainsi, les collaborateurs peuvent être amenés à créer des œuvres ou à imaginer les futurs locaux de l’entreprise.

La collaboration entre salariés s’améliore grâce à la réalité virtuelle, via la création d’une salle de réunion interactive dans laquelle les membres d’une même entreprise peuvent échanger en étant dans des lieux de travail très éloignés. Chez Volkswagen, l’utilisation de lunettes haute résolution apporte de nouvelles visions de produits à plusieurs personnes en même temps sur des sites simulés virtuellement dans le monde. Les différents Design Centers éparpillés dans le monde communiquent ainsi plus facilement pour la création et le développement de certains produits.

Et les cas d’usages se multiplient dans tous les secteurs et pour toutes les étapes RH. Si aujourd’hui la réalité virtuelle représente 90% du marché, les études économiques montrent que la réalité augmentée pourrait prendre le pas et s’introduire elle aussi à grande ampleur dans les entreprises. De quoi conduire les entreprises vers une nouvelle ère, celle de la Digital Reality.

la newsletter du club inhouse

Le meilleur de l'actu RH et industrie chaque mois.

s'inscrire