Publié dans "Allez savoir"

Les entreprises françaises ont depuis dix ans un niveau d’investissement plus élevé que la plupart de leurs homologues européennes, sans que cela ne produise les bénéfices économiques attendus. C’est ce que révèle l’étude publiée en octobre dernier par La Fabrique de l’industrie*, en collaboration avec France Stratégie.

Les industries françaises investissent beaucoup plus dans les actifs immatériels (logiciels, bases de données) que celles européennes : 5,7%, contre 2,3 % en Suède et 1,1% en Allemagne. Leur taux d’investissement en R&D est, quant à lui, plus élevé qu’outre-Rhin : 10,7%, vs 8,4%. Pourtant, l’investissement des industries françaises dans leurs machines et équipements est un peu plus faible (6,2% de leur valeur ajoutée) que chez leurs voisins, comme en Allemagne (8,6%). Les investissements parfois appelés “non productifs” (construction et mise en conformité réglementaire) ne semblent pas freiner les investissements productifs. L’investissement en construction représente une faible part des dépenses d’investissement de l’industrie manufacturière française et est comparable à celle en Italie et aux Pays-Bas, et moins élevée qu’en Espagne et qu’au Royaume-Uni.

L’effort d’investissement important de nos entreprises dans l’immatériel semble cohérent avec l’image d’une “industrie du futur” qui s’appuie sur les outils numériques pour être plus compétitive.

*« L’investissement des entreprises françaises est-il efficace ? », Les Synthèses de La Fabrique, N° 22, octobre 2018.

la newsletter du club inhouse

Le meilleur de l'actu RH et industrie chaque mois.

s'inscrire