Publié dans "Innovation"

Et si  Isaac Asimov avait tout faux ? Cet écrivain américano-russe a largement évoqué dans son œuvre littéraire de science-fiction, la prédominance à venir des robots sur les humains. Mais au-delà de la question de l’intelligence artificielle aujourd’hui contestée et parfois refusée aux machines, Asimov n’avait pas prévu  l’émergence d’un phénomène d’ampleur : les exo-squelettes qui émergent comme un phénomène d’ampleur dans l’industrie.

Les exosquelettes sont des structures mécaniques qui doublent celles du squelette humain et lui confèrent de nouvelles capacités physiques. Qualifiés de dispositifs d’assistance à l’effort, ils ont été particulièrement étudiés, voir développés par les militaires et les médecins. Désormais, ce sont les travailleurs qui vont bénéficier de leurs apports.

Une réalité industrielle

Ces dispositifs biomécaniques ou motorisés sont désormais très recherchés dans l’industrie. En effet, si les militaires sont en pointe pour des exosquelettes renforçant la force et la résistance des soldats, les projets des industriels soent déjà des réalités quotidiennes.

Ces extensions du corps humain promettent de booster la productivité et la qualité des travaux de manutention de 30%,  et enflamment les intérêts des industriels et des business angels, d’autant que le marché est estimé à plus de 10 milliards de dollars dans les dix prochaines années.

Sous réserve, bien entendu, que la durée de vie, l’autonomie et la taille des batteries devant les alimenter continue leur course à la performance.

Dernières évolutions dans le monde du travail

chairolution-300Une étonnante chaise pour accroitre la productivité des salariés

Contraction des mots « chaise » (chair en anglais) et « révolution », le biosquelette Chairolution est un dispositif, imaginé par une start-up suisse, qui « aide son utilisateur à se maintenir dans une bonne posture afin d’exécuter toutes sortes de tâches pendant son travail ». En soulageant le travailleur, cette technologie lui offre de meilleures conditions de travail, par exemple, sur une chaîne de montage, et lui permet d’augmenter sa productivité.

MIT-2Une main à 7 doigts pour porter des charges lourdes

Le M.I.T. (Massachusetts Institute of Technology) est ce qui se fait de mieux en technologie, dans son apprentissage mais également dans son application. L’une des équipes de ce fabuleux institut a développé une invention surprenante : un dispositif, à porter autour du poignet ajoutant 2 doigts à chaque main, jouxtant l’auriculaire et le pouce. En synchronisation avec les doigts de celui/celle qui le porte, il permet d’ouvrir une bouteille à une seule main ou de porter de lourdes charges. Considéré comme un robot, celui-ci réagit et assiste les doigts. 

ehxaussLa France n’est pas en reste avec un exosquelette  de la marque Exhauss grand public conçu pour diminuer la pénibilité du travail.

Ce dispositif d’assistance à l’effort est une structure mécanique qui double celle du squelette humain. Désormais, la manutention de toute charge et de tout outil d’un poids compris entre 1 et 40 kg est facilitée. L’originalité : automatiser électroniquement le réglage d’assistance des bras, en fonction des charges portées et des phases de repos à vide. Ainsi, les bras, les rotateurs, les cervicales, le dos et les lombaires de l’utilisateur ne sont sollicités que pour guider les charges et les outils portés.

hercule-2Double cocorico avec un exosquelette spécial logistique

Hercule, développé par RB3D a été choisi par Singapour pour équiper ces équipes de pompiers. Ses 2 jambes permettent de porter jusqu’à 40 kilos de charges sans effort. Conçu à l’origine pour des opérations de déminage, il se découvre désormais de nouvelles vocations. Et, c’est Héraclès qui va prendre le relais à destination des salariés de l’industrie et de la logistique qui doivent porter des charges lourdes jusqu’à 100 kg.

2 bras en plus, et des performances nouvelles pour tous

MIT-3De nouveau le M.I.T en pointe avec une exosquelette un peu particulier puisqu’il s’agit d’une véritable extension pour celui qui le porte. Léger (9 kilos), l’appareil permet à son utilisateur de soulever des objets lourds, entre autres avec 2 bras supplémentaires ! D’autant que ce prototype américain a la capacité d’apprendre à partir des mouvements du corps de la personne qui le porte. Indépendant des gestes effectués par son porteur, il peut suivre une trajectoire différentes afin d’anticiper d’éventuelles actions. Demain, vos autres bras vous ouvriront les portes !

Augmenté de l’extérieur, l’homme le sera également de l’intérieur !

Aujourd’hui, le transhumanisme est à l’œuvre. Il s’agit dun mouvement qui prône l’usage des sciences et des techniques pour améliorer les caractéristiques physiques  et mentales des êtres humains. Bien que décrié, il est aussi argumenté par nombre de chercheurs comme une évolution naturelle et inévitable dans une société humaine à la course forcenée vers une éternité espérée et attendue.

Dans ces recherches permanentes, les nouvelles technologies se succèdent et se supplantent en permanence. Depuis peu, la « wearable technology »  (technologie qui se porte : casque de chantier à réalité augmentée, montre connectée…) qui avait le vent en poupe mute déjà vers une nouvelle forme l’« implantable technology » (technologie implantée dans le corps humain).

Pour exemple, les implants oculaires permettant de capturer une image d’un clignement d’œil et de la transférer dans un espace de stockage intégré. Et dans un proche avenir, ces implants, pour peu que les lunettes connectées ne les supplantent pas dans l’intervalle, pourraient remplacer les écrans de votre smartphone en intégrant un système de visualisation directe.

Tatouages intelligents, puces NFC implantées, interface cerveau-ordinateur, biopiles  avec utilisation de notre propre glucose… les idées fusent. Vraiment nouvelles ? À comparer avec le premier pace-maker créé en 1951… finalement rien de nouveau sous le soleil.

Et donc si vous pensiez que le futur est devant nous,  détrompez-vous, il est déjà là !

la newsletter du club inhouse

chaque mois, le meilleur de l’actu RH et du secteur industriel

s'inscrire